bandeau-ia__inverse_v2

Intelligence Auto n°67 – Février 2024

Pourquoi les voitures de collection ont-elles toujours autant de succès ?

12/02/2024

Temps de lecture : 6 minutes
  1. L'édito


    Quel contraste entre ce début d’année et celui de l’année dernière ! Les marchés sont globalement positifs. Pour les voitures neuves, les commandes, tout comme les immatriculations, sont extrêmement dynamiques. Cela augure-t-il la tendance pour 2024 ? Rien n’est moins sûr. Il semble plutôt s’agir d’un effet d’aubaine lié aux anticipations avant le nouveau bonus.

Les chiffres du véhicule neuf

  1. Baromètre Marché Immatriculations - Janvier 2024

aaa_data_infographies_nl_67_1
Baromètre du Marché des Immatriculations en janvier 2024
  1. CROISSANCE ROBUSTE POUR LE MARCHÉ DES VOITURES NEUVES


    Forte progression des ventes et des commandes

    C’est une croissance encore robuste qui marque janvier 2024. À la veille du changement de périmètre du bonus écologique et à la suite du durcissement du malus, le marché des voitures particulières neuves (VPN) progresse fortement de + 9%.

    Il s’est, ainsi, vendu 122 284 voitures neuves en janvier 2024, contre 111 939 en janvier 2023. Le marché reste, cependant, à un niveau bas. Il n’a même pas encore retrouvé le volume de transactions de 2021.

    De leur côté, les commandes de VPN ont bondi de 42% à 198 015 unités (selon le Comité des Constructeurs Français Automobiles (CCFA)). C’est encore un signal encourageant pour ce début d’année.

    Taxe basée sur le taux d’émission de CO₂ du véhicule, instaurée en 2008 et devant être payée lors de la première immatriculation, le malus s’est durci à compter du 1er janvier 2024 : il s’applique notamment à partir de 118 grammes de CO₂ (au lieu de 123 grammes de CO₂ en 2023), avec pour ce niveau de pollution une taxation de 50 euros. Le seuil de 1 000 euros de taxation est par ailleurs atteint dès 141 grammes de CO₂/km (1 074 euros) au lieu de 146 grammes de CO₂/km en 2023.

    Du côté du bonus écologique, censé inciter les ménages à se tourner vers les véhicules les moins émetteurs en CO₂, le décret fixant son montant pour 2024 est paru le 12 février 2024. Une réduction de 1 000 euros a été actée pour les ménages les plus aisés, ce qui porte le montant du bonus à 4 000 euros. Par ailleurs, le leasing social est arrêté en 2024, victime de son succès. Enfin, les entreprises sont désormais exclues du dispositif.

    Dans ce contexte d’incertitudes en janvier, les acheteurs étaient d’autant plus incités à se rendre dans les points de vente.

aaa_data_infographies_nl_67_2
L’immatriculation des voitures neuves du mois de janvier par année
(en volume)

  1. Les thermiques à la peine

    Fait remarquable ce mois-ci, les ventes de voitures essence (34% du marché) baissent de - 4% et celles diesel (8% du marché) chute de - 23%. Le thermique encaisse un sérieux coup de frein à la suite du durcissement du malus. Le seuil se déclenche désormais à partir de 118g de CO₂.

    En conséquence, les motorisations hybrides ont la cote. Les voitures hybrides, première motorisation du marché avec 36%, progressent de + 22%, dont :
    • + 23% pour les hybrides non rechargeables (HEV = 17% du marché) ;
    • + 43% pour les mild hybrides (MHEV = 11% du marché) ;
    • + 2% pour les hybrides rechargeables (PHEV = 9% du marché).

    Les ventes de voitures électrique (VE) s’avèrent les plus dynamiques avec + 39%. Elles comptent, désormais, pour 16% du marché des VPN. L’anticipation d’une baisse éventuelle du montant du bonus a précipité les achats de VE.

aaa_data_infographies_nl_67_3
Répartition par motorisation des immatriculations de voitures neuves en janvier 2024
(en volume)
aaa_data_infographies_nl_67_4
Les grands gagnants de l’électrification du marché en janvier 2024
(en volume)

  1. Plus d’une voiture sur deux en leasing dans les achats des particuliers

    Dans un contexte inflationniste, pesant sur le pouvoir d’achat des Français, le leasing continue de séduire les particuliers : il gagne en un an cinq points de part de marché pour s’élever à 56% en janvier 2024. À noter que, dans ces solutions de financement locatif, la location longue durée, qui n’est pas à mettre au rang d’un crédit (le taux d’endettement n’est pas pris en compte lors des souscriptions d’un tel contrat) bondit de 38%, tandis que la location avec option d’achat, encore appelée location crédit-bail, connait une progression très limitée : + 1%. Assimilée à un crédit, elle sera prochainement soumise à l’obligation d’afficher le taux annuel effectif global.

    Le dynamisme des grands gabarits

    Les segments les plus dynamiques en ce début d’année sont :
    • Le segment E-SUV – grandes routières SUV - (1% de part de marché), avec + 60%, par rapport à janvier 2023 ;
    • Les modèles D-SUV – familiales SUV - (5% de part de marché), en hausse de 29% ;
    • Le segment D (3% de parts de marché), qui progresse de 14%.

    En termes de parts de marché, les petits et moyens gabarits se taillent la part du lion. Les trois segments les plus importants sont :
    • Le segment B - polyvalentes - (30% du marché) en hausse de + 16% ;
    • Les modèles C-SUV – SUV compacts - (18% du marché) en baisse de - 8% ;
    • Les B-SUV (16% du marché) en recul de - 7%.

Les chiffres du véhicule d'occasion

  1. LE MARCHÉ DES VOITURES D’OCCASION, EN COURS DE MUTATION



    + 3% de croissance

    Le marché de l’occasion (VO) a retrouvé du dynamisme ces derniers mois. Cette tendance s’est, encore, confirmée en janvier. Le VO a, ainsi, progressé de 3%, avec 424 920 transactions sur le mois écoulé. Malgré cette belle progression, les transactions de voitures de seconde main restent à un niveau inférieur à celui de janvier 2022 (440 796 unités).

    Le marché de l’occasion se met à l’électrique

    Les voitures électriques d’occasion étant de plus en plus nombreuses sur le marché, la catégorie des Crit’Air 0 a très sensiblement progressé : + 92% pour 2% du marché, soit, de loin, la hausse la plus importante. Viennent ensuite les Crit’Air 1 (+ 15% à 33% du marché) et les Crit’Air 2 (+ 3%, soit 34% du marché).

aaa_data_infographies_nl_67_7_v2
Répartition des ventes de voitures d’occasion selon leur Crit’airs (en % et % en variation)
(en % et % en variation)

  1. L’électrique : la carte à jouer des professionnels de l’automobile

    Les professionnels de l’automobile (pros) sont les acteurs de l’électrification du marché de l’occasion. En 2023, 77% des transactions sur les voitures électriques sont passées par l’intermédiaire des pros à la suite d’une reprise garage. Toutefois, ils deviennent de plus en plus concurrencés par les ventes directes entre particuliers au fur et à mesure que l’électrique devient mature. Le CtoC a, ainsi, pris des parts + 5 points (à 17,5%).

    Par ailleurs, les pros ne vendent quasiment plus de diesel contrairement aux transactions entre particuliers. C’est la résultante d’un effet d’âge et d’un mix motorisation des voitures échangées par les pros versus les particuliers.

    L'électrification des VO est rendue possible parce que les pros sont en mesure de proposer des contrats leasing.

    Les pros portent l'électrification du marché de l'occasion. Ils sont, en effet, les seuls à pouvoir proposer des contrats de leasing (location avec option d’achat ou location longue durée). Dans le contexte de pouvoir d’achat en berne, ce mode de financement s’avère incontournable pour acquérir un nouveau véhicule.

    En 2014, 99% des achats de VO se faisaient en cash/crédit affecté. En 2024, la part est tombée à 96%. Le leasing est en plein essor : 4% du marché en leasing, rapporté au volume du marché cela représente 200 000 contrats.
    Sont concernés essentiellement les VE 25% et PHEV 20% des transactions contre moins de 2 à 3% pour les thermiques.

Les différents marchés du véhicule : panorama

  1. BON DÉBUT D’ANNÉE POUR LES MARCHÉS DU NEUF ET DE L’OCCASION


    Les marchés des véhicules neufs, comme ceux de l’occasion, ont globalement bien débuté l’année. Seuls les marchés suivant une tendance saisonnière forte sont dans le rouge. Il s’agit des marchés des deux roues, les motos et les cyclos, ainsi que l’agricole.

aaa_data_infographies_nl_67_6
JANVIER 2024: LES MARCHÉS DES VÉHICULES NEUFS DÉBUTENT BIEN L'ANNÉE, HORS 2 ROUES ET AGRICOLES
(en volume, % en variation)
aaa_data_infographies_nl_67_7
JANVIER 2024: LES MARCHÉS D'OCCASION EN POSITIF, HORS CYCLOS
(en volume, % en variation)

Focus

  1. BELLE ENVOLÉE DES VOITURES DE COLLECTION


    Alors que le salon annuel Rétromobile, consacré aux voitures anciennes, se tenait à Paris du 31 janvier au 4 février dernier, l’attrait ne faiblit pas pour les voitures de collection, ces modèles qui ne sont plus produits, dont la première mise en circulation date d’au moins 30 ans et qui n’ont pas subi de modifications significatives de leurs caractéristiques.

    Belle progression du marché des voitures de collection, l’année passée : 29 215 transactions en carte grise collection ont été enregistrées en 2023, soit une hausse de 4% par rapport à 2022. Il y a, toutefois, de fortes disparités selon les régions. C’est en Occitanie que l’intérêt pour les voitures de collection a été le plus fort : + 13%, à 3 059 unités. Viennent ensuite la Nouvelle-Aquitaine (+ 8% à 3 611 transactions) ainsi que la Bourgogne-Franche-Comté (+ 8% à 1 410 ventes) et le Grand Est (+ 7% à 2 540). En Île-de-France, dans les Hauts-de-France, dans les Pays de la Loire et en Centre-Val de Loire, en revanche, des baisses ont été enregistrées, respectivement de 5% (3 345 unités), 4% (2 234), et 1% ex-aequo (1 869 et 1 311).

aaa_data_infographies_nl_67_8_v2
Répartition des ventes de voitures de collections française d’occasions, par régions, en 2023
(en volume)

  1. Les particuliers représentent la quasi-totalité des acheteurs (97%), 2% étant des sociétés, et 1% des professionnels de l’automobile.

    Si l’âge moyen des voitures de collection vendues est de 50 ans, celui des acquéreurs est légèrement supérieur : 53 ans.

    Parmi les modèles mythiques, se trouvent la Citroën 2CV (2 176 transactions), la Porsche 911 (521), la Citröen Dyane (322), la Panhard, doyenne des marques françaises (149 unités) ou encore la Ferrari-Testarossa (7 ventes).

    De façon générale, les trois marques les plus appréciées sont : Citröen (4 484 unités, soit + 5%), Renault (3 448 unités, soit + 12%) et Volkswagen (2 466 unités, soit + 1%).

Nos derniers articles

frame-6-2
17 Avr 2024

Newsletter Trimestrielle #01

Le Data Driven

20240411_zoomcar_270_v2
16 Avr 2024

Dans quelle région achète-t-on le plus de voitures d’occasion

20240416_asso_scooter_org_270_v2
16 Avr 2024

Observatoire Solly Azar – AAA DATA : marché deux roues T1 2024, +1%

20181114_bandeau_actualites_v5

Vous souhaitez plus d’information sur notre accompagnement ?

Nous sommes à votre écoute.

NOUS CONTACTER