bandeau-3a-data_slider_v5

Intelligence Auto n°56 – Février 2023

Décarbonation du parc automobile,
où en est-on ?

21/02/2023

Temps de lecture : 3 minutes
  1. L'édito

    En ce début d’année, le marché automobile reste tourmenté, entre les injonctions à la décarbonation du parc roulant et les pénuries de véhicules neufs. Pour l’automobiliste, changer sa voiture, désormais bannie des ZFE-m, devient un chemin de croix, confronté au manque de disponibilité des voitures, aux délais de livraison à rallonge, ou encore trouver des prix abordables dans un marché occasion déjà sous tension.

Les chiffres du véhicule neuf

  1. Baromètre Marché Immatriculations - Janvier 2023

aaa_data_infographies_1078x257-2
Baromètre Marché Immatriculations - Janvier 2023
  1. BELLE PERFORMANCE DU MARCHÉ DES VOITURES NEUVES À LA FAVEUR D'UN JOUR OUVRÉ SUPPLÉMENTAIRE


    Redémarrage des immatriculations mais pas des nouvelles commandes

    Très beau début d’année pour le marché des voitures neuves avec une croissance exceptionnelle de +9% (vs janvier 2022).

    Sur le mois écoulé, ce sont 111 939 voitures neuves qui ont été immatriculées contre 102 899 en janvier 2022.

    Toutefois, le contexte demeure compliqué pour le marché automobile. Ce résultat positif est, en partie, à la faveur d’un jour ouvré supplémentaire en janvier 2023 (22 jours) par rapport à janvier 2022 (21 jours). La base de comparaison, à savoir janvier 2022, était déjà très faible. D’autre part, la performance résulte davantage des livraisons tardives de voitures commandées les mois passés que de nouvelles ventes.

    En effet, du côté des commandes de voitures neuves, on n’observe, malheureusement, pas d’embellie, avec -8% en janvier 2023. Le niveau des commandes reste, donc, inférieur à ceux de 2022 et 2021, avec moins de 150 000 unités.

aaa_data_infographies_1078x451_1-3
Voitures neuves du mois de janvier
  1. LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE POUSSE À LA PREMIUMISATION


    Les compactes et leur SUV en plein essor

    En termes de segmentation, AAA DATA observe des changements notables sur le marché automobile sur les cinq dernières années :

    1. Le marché français se concentre sur les voitures polyvalentes, c'est-à-dire le segment B (par exemple Peugeot 208 n°1 des ventes en 2022) et ses sous-segments (B-SUV (Peugeot 2008) ; B-MPV (Fiat 500LTREK)). 46% des ventes en 2022.


    2. La course à la transition écologique a contraint les constructeurs automobiles à réduire voire abandonner la production des citadines thermiques (segment A (Fiat 500)). La mise aux normes sécuritaires et de pollution s’avère trop couteuse pour ce segment. Les voitures du segment A sont difficiles à rentabiliser. Par exemple, la Renault Twingo thermique ne sera plus produite à partir de 2024.


    3. En conséquence, le marché se déplace vers des modèles de taille plus grande (premium), notamment sur les compactes (segments B), les familiales (C (Peugeot 308)) et les grandes routières (D (Tesla Model 3).


    4. Les SUV n’ont cessé de gagner du terrain (quasiment une vente sur deux). Les marques les ont déclinés sur plusieurs segments. Il en résulte que les modèles des segments B-SUV et C-SUV (Peugeot 3008) ont pris 4 points de part de marché en 5 ans. Le nombre de modèles proposés a explosé sur la période. Il passe de 44 à 59 pour les C-SUV et de 31 à 50 pour les D-SUV.

aaa_data_infographies_1078x451_2-3
aaa_data_infographies_1078x451_3-3

Les chiffres du véhicule d'occasion

  1. LE MARCHÉ DES VOITURES D’OCCASION À SON PLUS BAS NIVEAU DEPUIS 6 ANS


    Moins 7% des ventes VO

    Le marché occasion a subi, en ce début d'année, une sévère baisse des ventes de -7%. Avec 410 580 voitures ayant changé de propriétaire en janvier, le marché VO est au plus bas sur les six dernières années.

aaa_data_infographies_1078x451_6-3

  1. Propagation sur le VO de la pénurie de voitures récentes

    Pour les véhicules d’occasion de moins de cinq ans (30% du marché VO), la crise devient aiguë, le segment dévissant encore de 11%. La situation est structurelle dans la mesure où le manque de disponibilité d’occasions récentes est, clairement, corrélé aux pénuries du marché du véhicule neuf. En outre, les prix orientés à la hausse éloignent certains acheteurs, ce que l’inflation vient encore accentuer depuis plusieurs mois.

    Par ailleurs, le volume des voitures d’occasion de plus de dix ans, 49% du marché VO, vient questionner l’enjeu de la transition énergétique du parc roulant. Ce segment d’ailleurs ne baisse que de 3% en janvier.

    Les ventes de voitures de 5 à 10 ans reculent pour leur part de 7%. Elles comptent pour 21% des transactions globales.

  1. Les ZFE-m accentuent la pression sur les voitures Crit’air 1 et 2

    La ventilation des transactions à l’aune des vignettes Crit’Air ajoute une interrogation supplémentaire. Si la progression des Crit’Air 0 est remarquable (+5%) dans un marché occasion en berne, la pénétration reste sous les 2%. Les véhicules d’occasion Crit’Air 1 représentent 30% des volumes. Les Crit’Air 2 comptent pour 34%.

    Avec l’instauration des ZFE-m, la demande de voitures d’occasion aura tendance à se concentrer sur les Crit’Air 1 et 2 dans les 11 agglomérations déjà concernées en 2022 (Lutte contre la pollution de l'air -Zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) : 11 métropoles concernées en 2022 | Service-public.fr). Ce phénomène ne fera qu’accentuer la pression à la hausse sur les prix de ces véhicules d’occasion, déjà en tension faute de véhicules récents. En 2025, ce seront 43 grandes agglomérations qui banniront les voitures les plus polluantes.

    Le marché des voitures d’occasion Crit’air 3, 4, 5 et non éligibles devrait, logiquement, se déplacer hors grandes agglomérations, dans les zones rurales et les petites villes.

aaa_data_infographies_1078x451_7-4
aaa_data_infographies_1078x451_8-3
  1. Twingo, collection et ZFE-m

    Selon Bertrand Gallienne, Analyste chez AAA DATA, le salon Rétromobile a été l’occasion de s’interroger sur l’avenir des véhicules de collection (un secteur qui pèse 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires) dans un contexte de transition écologique et de diversification des solutions de mobilité.

    Certains constructeurs ont témoigné de leur volonté de préservation du patrimoine roulant : Stellantis Héritage avec des voitures d’époque des marques Abarth, Alfa Romeo, Fiat et Lancia, et Renault via une exposition de plusieurs versions de Twingo qui fête ses 30 ans. Un anniversaire la rendant désormais éligible au statut de voiture de « collection ».

    En 2025, près de 36 000 exemplaires de l’emblématique citadine seront âgés d’au moins 30 ans et circuleront encore. Certains pourraient bien venir gonfler les rangs des 400 000 autres véhicules déjà immatriculés en collection, et, au coût moindre qu’un rétrofit dont le modèle économique doit encore faire ses preuves, constituer une solution pour circuler sans aucune restriction dans les 43 ZFE-m qui auront été instaurées.

twingo

Les différents marchés du véhicule : panorama

  1. DYNAMIQUES DIVERSES SUR LES MARCHÉS DU NEUF ET DE L'OCCASION


    En ce début d’année, les performances des marchés neufs et de l’occasion sont très diverses, entre pénurie de véhicules à vendre et repli de la demande. Les immatriculations neuves de voitures, de motos, de véhicules industriels et de voitures sans permis sont en forte progression à la faveur des livraisons des commandes des mois passés.

    En revanche, les véhicules utilitaires, les cyclos et les tracteurs agricoles sont en fort retrait. Outre les problèmes de production de ces véhicules, s’ajoutent désormais des problèmes du côté de la demande. Dans le BTP, les défaillances d’entreprises s’accélèrent en France. Le secteur de la construction est particulièrement touché avec le seuil des 10 000 défauts franchis l’année passée, selon Altares. Du côté du transport routier de marchandises, l’activité est, également, en repli (0,5% au troisième trimestre 2022, après + 0,2% au deuxième trimestre selon l’Insee), signe d’une moindre consommation.

    Sur le marché du matériel agricole on retrouve le triptyque ruptures d’approvisionnements, délais de livraison qui s’allongent parfois jusqu’à 30 mois et hausses des prix (10 à 15% pour couvrir l’envolée du prix de l’acier).

    Concernant les occasions, les transactions de voitures et deux roues restent affectées par le manque de matériels et les hausses de prix. Les ventes des autres catégories de véhicules sont, à l’inverse, très dynamiques.

aaa_data_infographies_1078x451_4-3
Genres : occasion 
aaa_data_infographies_1078x451_5-3

Focus

  1. DÉCARBONATION DU PARC ROULANT : OÙ EN EST-ON ?


    Le contexte économique actuel accentue le vieillissement du parc automobile

    Au 1er janvier 2023, le parc roulant avéré compte 41,2 millions de voitures. En croissance de 0,3%, il est quasiment stable par rapport à l’année précédente. En comparaison, la France compte 68 millions d’habitants. La population a augmenté de 0,3% en 2022, selon l’Insee.

    Le parc vieillit. L’âge moyen des véhicules atteint, désormais, 11,3 ans, en augmentation de 3 mois par rapport à 2021. Moins d’entrées de véhicules neufs et conservation des voitures plus long temps. Dans un contexte de crise de la production (semi-conducteurs, flambée des prix des énergies, acier…), les immatriculations de voitures neuves ont reculé de 8% en 2022.

aaa_data_infographies_1078x451_9-4
  1. Décarbonation et conversion du parc automobile vers l’électrification

    En 2015, les Accords de Paris ont acté la neutralité carbone pour 2050, visant à réduire le réchauffement climatique. Cela passe par la décarbonation des transports responsables d’un tiers des gaz à effet de serre (GES). Ainsi, le Parlement Européen vient de voter la fin des ventes de voitures thermiques neuves pour 2035.

    Les nouvelles tendances d’achat (motorisations alternatives, LOA…) commencent à modifier la structure du parc automobile. Les ventes de voitures « vertueuses » arborant les vignettes Crit’air 0, c’est-à-dire essentiellement électriques et/ou hydrogènes, progressent mais ne représentent toujours que 1,5% du parc roulant avéré. On compte 603 732 voitures électriques. Et l’ensemble des voitures électrifiées (100% électriques et hybrides) ne comptent que pour 5,6% du parc roulant, après 14 ans de mécanisme incitatif à l’achat tel que le bonus-malus lancé en 2008.

    L’érosion du nombre de voitures à motorisation Diesel s’accélère. Elles comptent pour 53% des voitures roulant en France contre 57% 2020. En revanche, les motorisations essence constituent 40% du parc automobile, stable sur la période. Enfin les motorisations hybrides non rechargeables constituent la troisième motorisation la plus importante avec 2,8% du parc roulant.

    Dans la capitale où l’offre de transports alternatifs (transports en commun, voitures, scooters, trottinettes, vélos électriques en libre-service…) est abondante, le parc de voitures intramuros est en constante diminution. Il est en baisse de 1% à 601 643 voitures. L’entrée en vigueur des Zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) y a certainement joué un rôle également. Plus récentes que la moyenne nationale, les voitures des parisiens ont en moyenne 9,8 ans, en légère progression de 2 mois.

    Globalement la décarbonation du parc automobile français est en marche mais à petit pas. Elle ne pourra pas faire l’économie du maintien des aides (bonus écologique, prime à la conversion, carte grise gratuite, stationnement gratuit…) aux acheteurs de voitures neuves tant les prix des voitures électrifiées s’avèrent, actuellement, élevés pour être accessible au plus grand nombre d’automobilistes. L’accélération de l’électrification des flottes d’entreprises sera, également, un facteur important pour la décarbonation du parc neuf et sa propagation sur le marché d’occasion. En effet, une fois les contrats de location (LLD), souscrits par les entreprises, arrivés à terme, ces voitures vertueuses se retrouveront sur le marché d’occasion à disposition des foyers à prix bien plus accessibles.

Nos derniers articles

20240517_l_auto-journal_270_v2
17 Mai 2024

SUV : combien coûtent les 5 modèles les plus vendus en France en 2024 ?

zoomcarlogo_v3
16 Mai 2024

Quelle est la voiture la plus vendue en France ?

20240209_les_echos_270_v2
16 Mai 2024

Toyota veut se muscler sur les utilitaires

20181114_bandeau_actualites_v5

Vous souhaitez plus d’information sur notre accompagnement ?

Nous sommes à votre écoute.

NOUS CONTACTER