bandeau-3a-data_slider_v5

Intelligence Auto n°52 – Octobre 2022

Les tendances et les comportements du marché automobile, les analyses de nos experts Data

18/10/2022

Temps de lecture : 6 minutes
  1. L'édito

    L’amélioration du marché des voitures neuves entrevue en août s’est confirmée en septembre, même si la conjoncture incite toujours à la prudence, l’exercice 2022 s’annonçant d’ailleurs baissier. Le secteur des VSP (véhicules sans permis) fait preuve d’un grand dynamisme, comme l’an dernier. Enfin, décryptage des goûts automobiles des jeunes, qui achètent encore des voitures, notamment la génération Y.

Les chiffres du véhicule neuf

  1. Baromètre Marché Immatriculations - Septembre 2022

chiffre-cle-ia-newsletter-4
Baromètre Marché Immatriculations - Septembre 2022
  1. Évolution des immatriculations VPN du mois de Septembre et par année (6 ans)

evolution-des-immatriculations-vpn-du-mois-de-septembre-et-par-annee-6-ans-7
Évolution des immatriculations VPN du mois de Septembre et par année (6 ans)
  1. PROGRESSION CONFIRMÉE SUR LE MARCHÉ DES VOITURES NEUVES


    Les immatriculations en hausse de 5,5%

    Après un léger rebond en août, le marché du véhicule neuf français a confirmé sa progression en septembre : + 5,5 % soit 141 137 immatriculations avec une fin de mois dynamique.

    Il faut bien sûr se réjouir de ce deuxième mois de croissance consécutif qui fait suite à une longue série de mois baissiers. Même si le Mondial de l’Automobile fait son retour après les annulations motivées par la crise sanitaire, l’heure n’est cependant pas à l’euphorie pour autant, comme le souligne Julien Billon, Directeur Général AAA DATA :

« il serait prématuré de prendre ces deux résultats mensuels consécutifs comme un retour durable à une dynamique positive et prometteuse »

Julien BILLON, Directeur Général AAA DATA
  1. En effet, les problèmes liés à la pénurie de composants électroniques demeurent d’actualité et par ailleurs, une crise de la demande se profile à l’horizon, sur fond d’inflation et de peur d’une récession économique plus sévère.
    Au cumul des neuf premiers mois de l’année, le marché reste mal orienté, - 11,8 %, pour un total de 1 112 067 immatriculations de voitures neuves. Et l’indice de comparaison avec l’année d’avant crise, 2019, reste douloureux avec une « perte » de plus de 500 000 immatriculations.

  1. Les ventes de véhicules électriques supérieures aux voitures diesel

    Le mois de septembre 2022 a aussi pris une valeur de symbole dans la mesure où pour la première fois dans l’histoire du marché français, il s’est vendu plus de véhicules électriques que de voitures diesels (22 479 VE contre 20 319 voitures au gazole). Au cumul de l’année, l’essence domine le mix énergétique français, devant les hybrides, pourtant pénalisés par la rétractation des hybrides rechargeables.

top-5-des-vehicules-electriques-les-plus-immatricules-en-france-en-septembre-2022
TOP 5 des véhicules électriques les plus immatriculés en France en septembre 2022 (en unités)

Les chiffres du véhicule d'occasion

  1. LA BAISSE AMORCÉE CONTINUE SUR UN MARCHÉ DÉJA TENDU


    Chute des transactions surtout sur les véhicules VO récents

    Pas de miracle sur le marché des véhicules d’occasion, qui a enregistré une baisse prononcée en septembre, -14,6%, avec 422 669 transactions. Le niveau global du marché n’est pas alarmant avec 3,9 millions de transactions (une baisse de 13,8 % par rapport aux trois premiers trimestres de 2021). L’absence de matériel récent se fait cruellement sentir et le segment des véhicules de moins de cinq ans dévisse (- 25 % en septembre et déjà – 20,9 % au cumul de l’année). Cette situation s’expliquant par le niveau du marché des véhicules neufs, il n’y a pas d’amélioration à espérer à court terme, surtout que les circuits d’approvisionnent alternatifs se tarissent aussi.

    Hausse des tarifs et reports d’achats en perspective

    En résulte une hausse des tarifs qui peut devenir un point de vigilance aux dires de certains professionnels inquiets de voir de nombreux clients choisir de reporter leur achat. Notons encore que le segment des véhicules d’occasion de plus de dix ans résiste bien (- 6,2 % en septembre et – 7,7 % depuis le début de l’année) et qu’il représente près de la moitié du volume de transactions global.

evolution-des-immatriculations-vpn-du-mois-de-septembre-et-par-annee-6-ans-6
IMMATRICULATIONS VO DE SEPTEMBRE 2017 à SEPTEMBRE 2022

 

Les différents marchés du véhicule : panorama

  1. DES PERSPECTIVES QUI S’ASSOMBRISSENT POUR LES MARCHÉS DU NEUF ET DE L’OCCASION


    Sur les marchés du neuf, confirmant le rebond du mois d’août, les véhicules particuliers ont sauvé un mois de septembre globalement atone, voire morose pour les utilitaires et les véhicules industriels qui accusent une baisse à deux chiffres. Les problèmes de production ne sont toujours pas résolus et pour plusieurs experts et grands dirigeants, la pénurie de composants électroniques va encore subsister jusqu’en 2023.
    En outre, en France comme en Europe, le niveau des commandes est orienté à la baisse, à deux chiffres, ce qui révèle une tendance plus qu’une variation. Traduction : la situation est appelée à durer.

    Le marché de l’occasion est aussi en train de fléchir, à l’exception notable des VIO et des VTRO. En septembre, le recul est brutal pour les véhicules particuliers et à un degré moindre pour les motos.
    L’oasis du VO relève de plus en plus du mirage et le recul de ce marché est analysé par certains professionnels comme la manifestation d’une crise de la demande. Sous l’effet conjugué d’une hausse des prix des véhicules et de la pression croissante sur le pouvoir d’achat, désormais encore accentuée par l’inflation.

chiffre-cle-ia-newsletter-genre-1-3
Genres : occasion 

Focus

  1. LE MARCHÉ DES VÉHICULES SANS PERMIS (VSP) FAIT UNE PERCÉE REMARQUÉE EN FRANCE



    Alors que le Mondial de l’Automobile 2022 a pu compter sur une forte présence des constructeurs de voitures sans permis, ou VSP, parfois appelées microcars en raison de leur faible empreinte au sol, il peut être intéressant d’analyser les chiffres d’un marché en effervescence depuis plusieurs mois. D’ordinaire très stable, le segment a enregistré un premier frémissement en 2019 (+ 5,5 %), confirmé en 2020, avant un pic spectaculaire en 2021, + 26,8 % !

evolution-des-immatriculations-vpn-du-mois-de-septembre-et-par-annee-6-ans-3
Evolution du marché français des VSP (VN + VO) de 2013 à aujourd’hui

  1. Les constructeurs de VSP ont su rajeunir leur clientèle

    Plusieurs facteurs permettent d’expliquer ce succès. Tout d’abord, la voiture sans permis a su venir séduire de nouvelles clientèles. Auparavant « réservée » à des personnes âgées et des conducteurs ayant perdu leur permis de conduire, la voiture sans permis a su s’orienter vers une clientèle plus jeune. En effet, elle est synonyme d’autonomie dès l’âge de quatorze ans, avec le permis AM (ancien BSR) pour les personnes nées après le 1er janvier 1988. Pour de nombreux parents, cette option permet d’éviter les dangers liés aux deux-roues, dont le niveau d’accidentologie est élevé. En outre, le segment des voitures sans permis bénéficie aussi du vieillissement de la population, là encore avec l’autonomie comme argument central.

    Pour s’ouvrir à cette nouvelle clientèle, les constructeurs de voitures sans permis ont largement dépoussiéré leurs modèles. Le design fait désormais l’objet d’un soin particulier, avec une reprise de certains motifs de segments en vogue sur le marché traditionnel (léger rehaussement pour rappeler les SUV, kits sports…). Le confort de conduite a aussi fait des progrès significatifs, avec la direction assistée et une bien meilleure insonorisation par exemple. En outre, dans l’habitacle, les équipements sont généreux (connectivité, écran tactile, climatisation…).

    Les VSP ont une carte à jouer pour la conquérir les villes

    Simultanément à ces profondes évolutions du segment, les voitures sans permis ont gagné en polyvalence et quand on les cantonnait volontiers au monde rural par le passé (leurs ventes sont d’ailleurs plus lissées par régions que celles des VPN), elles répondent aujourd’hui aux codes urbains, dans une veine « small is beautiful » (faible encombrement, agilité, stationnement…).

    La prochaine étape qui attend ce marché réside dans l’électrification des modèles, ce que de nouveaux entrants ont bien compris, et l’abandon progressif du diesel pour les constructeurs traditionnels. C’est peut-être un point de vigilance pour certains professionnels qui soulignent que le renchérissement de voitures déjà proposées à des tarifs élevés pourrait freiner leur croissance. Tout en ajoutant que ces tarifs élevés se vérifient aussi sur le marché de l’occasion, car les VSP font valoir de robustes valeurs résiduelles.

    Pour les VSP, le financement « à papa » n’est pas fini

    Sur ce marché, un levier de croissance peut précisément concerner le financement. En effet, le crédit classique et l’achat comptant dominent encore sans partage.

    A titre d'exemple, sur 5 577 transactions de VSP (VN + VO) dans la région Auvergne Rhône-Alpes (au cumul des neuf premiers mois de 2022 - 1ère région de France sur la période), 94,78 % des transactions sont liées à un achat comptant/crédit classique vs 5,22% en financement locatif.

    La Citroën AMI symbolise la mue des VSP

    L’arrivée de nouvelles marques, notamment asiatiques, peut aussi constituer un puissant levier de croissance pour le marché des VSP neuves. A l’heure actuelle, le marché est très concentré, quatre marques faisant l’essentiel du marché : Aixam, qui a enregistré une forte croissance au cours des dix dernières années, doublant quasiment ses ventes, Ligier et Microcar qui sont très proches, et Citroën, qui s’est installée sur la deuxième marche du podium dès son arrivée en 2020. C’est le fameux effet AMI qui est une belle synthèse de l’évolution du marché des VSP, servie par la puissance marketing d’une grande marque.

chiffre-cle-ia-newsletter-1078-x-900-px-8
Top 5 des constructeurs de VSP en France en 2021 (immatriculations VN)
chiffre-cle-ia-newsletter-1078-x-900-px-9
Top 5 des constructeurs de VSP en France en 2022 – 9 mois (immatriculations VN)

Nos derniers articles

20240517_l_auto-journal_270_v2
17 Mai 2024

SUV : combien coûtent les 5 modèles les plus vendus en France en 2024 ?

zoomcarlogo_v3
16 Mai 2024

Quelle est la voiture la plus vendue en France ?

20240209_les_echos_270_v2
16 Mai 2024

Toyota veut se muscler sur les utilitaires

20181114_bandeau_actualites_v5

Vous souhaitez plus d’information sur notre accompagnement ?

Nous sommes à votre écoute.

NOUS CONTACTER