20211028shutterstock_389699368

Communiqué de presse 1er avril 2024

Le marché automobile français fléchit en mars après de longs mois de hausse

01/04/2024

Temps de lecture : 4 minutes
  1. 👉 Baisse de 1% des immatriculations de VPN
    👉 L’électrique porté par le leasing social
    👉 Le marché de l’occasion en recul de 3%
    👉 Plébiscite des voitures d’occasion les moins polluantes
    👉 Pleins feux sur le marché florissant des voitures sans permis

  2. Après de longs mois de hausse continue, le marché de l’automobile français recule légèrement. En mars 2024, les immatriculations de voitures particulières neuves (VPN) ont baissé de -1%. Du côté de l’occasion, le marché enregistre une baisse de -3% des immatriculations.

  3. AAA DATA, l’expert de la donnée augmentée enregistre 180 024 immatriculations de VPN sur le mois écoulé, contre 182 712 en mars 2023. Il faut noter cependant que le mois de mars 2024 comporte deux jours ouvrés de moins que mars 2023. Corrigés de ces deux jours ouvrés en moins, le marché serait en croissance de 8%. Cette évolution s’explique pour deux raisons essentielles : d’une part, mars 2024 profite encore des effets du bonus 2023 - le montant du bonus écologique a été ramené à 4000 euros à la mi-février. D’autre part, le mois de mars est généralement un mois fort, avec de nombreuses journées portes ouvertes organisées dans toute la France.

  4. Marie-Laure Nivot, Head of Automotive Market Analysis chez AAA DATA : « A la suite des évolutions récentes du bonus écologique (montant revu à la baisse et durcissement des critères d’éligibilité), les acheteurs risquent d’avoir une perception renforcée d’un prix cher de l’électrique. Une perception qui n’est d’ailleurs pas près de changer : sauf à voir les marques revoir à la baisse leur politique de prix, le différentiel entre les modèles thermiques et les modèles électriques ne devrait pas diminuer dans les mois à venir. »

L’électrique porté par le leasing social ...

  1. Les modèles électriques bénéficient de l’effet leasing social. Ils représentent à présent 19% du marché (contre 16% en janvier, soit seulement deux mois plus tôt), avec des immatriculations qui ont progressé de 11%. Engagement de campagne du président de la République, le leasing social, devant permettre aux ménages les moins aisés d’avoir accès à un véhicule électrique pour 100 euros par mois – par le biais d’une LOA (location avec option d’achat) -, a eu beaucoup plus de succès qu’attendu. Alors qu’un quota de 25 000 véhicules avait été prévu sur l’ensemble de l’année 2024, 50 000 véhicules ont été écoulés en moins de six semaines – poussant d’ailleurs l’Etat à mettre fin, dès la mi-février à ce dispositif.

Les hybrides toujours en hausse

  1. Du côté des motorisations hybrides, rien ne semble entraver leur progression : elles enregistrent une hausse de 23% de leurs immatriculations et représentent à présent 37% du marché. Dans le détail, les hybrides légères (MHEV) voient leurs immatriculations augmenter de 27%, les hybrides non rechargeables (HEV) de 31% et les hybrides rechargeables (PHEV) de 4%.

aaadata_cp_illustration_avril24
TOP 3 des modèles de véhicules électrifiés, mars 2024

Et le thermique plombé par le malus

  1. Les motorisations essence représentent 33 % d’immatriculations de voitures neuves et accusent le coup du durcissement du malus, effectif depuis le 1er janvier 2024 : leurs immatriculations baissent de -18%, alors que ces dernières affichaient encore une hausse de 24% en mars 2023. Les modèles au diesel, eux, accentuent leur déclin, avec une baisse de -32% de leurs immatriculations en mars 2024 (versus une baisse de -6% sur le même mois de l’année passée).

La location courte durée a la cote

  1. Les loueurs courte durée ont en mars vu leurs immatriculations progresser (+22%), cette catégorie se préparant activement en vue des prochains Jeux Olympiques. Des baisses sont enregistrées en revanche du côté des particuliers, (-2%), des sociétés hors automobile (-19%), des véhicules de démonstration & garages (-2%) ainsi que des loueurs longue durée (-6%),

Le marché de l’occasion tiré par les véhicules les moins polluants

  1. En baisse de 3%, à 467 633 unités, sur le mois de mars, en raison des deux jours ouvrés de moins par rapport au mois de mars 2023, le marché de l’occasion demeure positif depuis le début de l’année (2%) avec la poursuite du rajeunissement du mix des transactions, les véhicules de plus de 10 ans représentant à présent 47% du marché.
    Les modèles les plus vertueux en termes d’émissions polluantes rencontrent le plus de succès. Ainsi les Crit’Air 0, qui correspondent aux voitures électriques, ont vu leurs immatriculations bondir de 49% et les Crit’Air 1 de 10%. Les Crit ‘Air 2, 3, 4, et 5 en revanche baissent respectivement de -7%, -11%, et --18% pour les deux dernières catégories.

FOCUS : Le boom des voitures sans permis
La voiture sans permis (VSP), encore appelée voiturette (VTR) connait un véritable plébiscite. Boostée par la crise sanitaire, le marché des VSP neuves a ainsi doublé entre 2019 et 2023, passant de 13 376 immatriculations à 26 238. Le marché de l’occasion en revanche est encore relativement étroit et il faut compter 1 VSP neuf pour 1,5 VSP de seconde main.

Alors que va être instauré un contrôle technique obligatoire de ces véhicules à partir du 15 avril prochain, la tendance à la hausse devrait se poursuivre cette année. Les immatriculations de VSP neuves ont d’ailleurs déjà progressé de 18% entre janvier et février 2024 (4255 unités) et celles des VSP d’occasion de 7% (6390 unités), soit une hausse globale de 11% du marché des VSP.

En mars 2024, le volume d’immatriculations neuves est encore en hausse de +20 % à 1 985 unités.

Alternative sécurisante aux scooters et pouvant être conduits dès l’âge de 14 ans, ces véhicules trouvent leur place dans la nouvelle mobilité urbaine. Et ce d’autant plus qu’ils sont engagés dans la voie de l’électrification : un modèle neuf sur deux vendu en 2023 était électrique, alors qu’en 2019, 95% des modèles neufs écoulés roulaient encore au diesel.

Si elles attirent de plus en plus les jeunes, ces voitures séduisent également les sociétés : 18% des VSP neuves ont ainsi été achetées par ces dernières en 2023, soit six points de plus qu’en 2019.

Ce succès attise les convoitises des constructeurs automobiles : après Renault (modèle Twizy) dès 2012, Citroën (AMI), est arrivé sur ce marché en 2020, Opel (Rocks e) y est entré en 2023, suivi de Fiat (Topolino) en ce début d’année.

  1. Plus d’informations ou de données sur demande auprès du service de presse

    aaadata@rumeurpublique.fr
    Diane Loth – 06 22 73 56 43

  2. À propos d'AAA DATA :

    AAA DATA, acteur historique et de référence de la donnée valorisée, détecte et identifie les comportements, les besoins et tendances des consommateurs pour anticiper les usages de demain et proposer à ses clients des modèles sur-mesure. AAA DATA s’appuie sur une base de données fiable et avérée. Grâce à son référentiel de données et à son expertise, AAA DATA a su développer des solutions innovantes et anticiper les besoins de demain, et ce dans une grande variété́ de domaines de consommation.

Nos derniers articles

frame-6-2
17 Avr 2024

Newsletter Trimestrielle #01

Le Data Driven

20240411_zoomcar_270_v2
16 Avr 2024

Dans quelle région achète-t-on le plus de voitures d’occasion

20240416_asso_scooter_org_270_v2
16 Avr 2024

Observatoire Solly Azar – AAA DATA : marché deux roues T1 2024, +1%