Le marché automobile français n’a pas retrouvé son niveau d’avant crise en avril