L’« homo automobilis », lui aussi, se déconfine